TOUMAST

Puisque mon nom et mon prénom ne suffisent pas a dire qui je suis mon identité est autre chose que cela.
Je, on prend sa un peut a la légère mais c’est la ou réside la force de l’identité elle se croit propriété de tout le monde mais en réalité il en existe deux vision de la chose certains pensent qu’elle n’est que invention et n’a aucune base dans la nature de l’homme ainsi ses personnes pensent qu’elle ne défini pas l’humain mais plutôt le limite et limite ses agissement en les conditionnant a un certain mode de vie, les second par contre pensent que c’est l’identité qui régit les fait ainsi elle désigne de la même façon notre avenir et nos faits et gestes, cependant dans les deux visions l’identité est beaucoup plus compliquer qu’elle en a l’air car c’est pas juste lié au nom prénom, région géographique ou nationalité.
L’identité est la résultante d’une histoire d’un vécu chaque humain est unique dans sa complexité au point ou le seul lien aujourd’hui entre les humain de la planète est le fait que l’on soit humain rien d’autre, selon moi on ne peut parler d’identité global et/ou national, on ne peut parler que du local ou de l’individuel chaqu’un construit son « MOI » et le voie comme il le veut sa ne peut pas aussi être lié a religion mais elle en est fortement influencé par les pensées spirituels, l’humain se veut supérieur au reste du monde car l’humain est conscient de son existence conscient de ses relation et de son appartenance il en fait son expansion dans son milieu vital les maisons deviennent l’extension de sa peau les voitures une mise a jour a ses pieds la télé a ses yeux ainsi il veut que tout ses outils répondent au mieux a ses tendances a son « MOI » pour cette raison on trouve different type d’identité une architectural, culturel, culinaire…. Ainsi l’identité est un point des plus important de la pensée humaine.
Est-ce une création de l’esprit ou existe elle vraiment? Décide elle de l’avenir et du devenir de tout un peuple? Comment la déterminer et ainsi la transcrire? Peut on parler d’identité de groupe? Tant de question qui restent sans réponse.

On est venu on a évoluer et on est parti

En arrivant l’ambiance semblait flou, mais nous avions pas douter que 3jours après tout changera pour les jeunes en algerie pour leurs relations avec les pouvoir publiques, on en a vue des compétences et des bonnes volontés auprès des jeunes venu d’un peu partout.
Un forum unique en son genre qui a amener les jeunes a ne plus accepter d’être traiter avec indifférence, ce sentiment fort en espoir a émaner des coeurs même de ses jeunes qui se sentent responsable a présent du devenir du monde dans l’avenir proche et lointain.
Un vrai mélange des cultures des nationalité a fait engendrer des rencontre et des échanges tous aussi chargé en revendications, propositions et démarche participatif des jeunes dans la création d’un monde meilleur et y apporter leurs touche personnel.
Malheureusement toutes bonne chose a une fin et ce magnifique événement tant par l’aspect organisationnel et de celui du choix des thématiques on fait que le 26,27,28 novembre 2014 restera graver dans les dictionnaires de la société civile algérienne.

L’oranais: Le film qui a rempli une salle de cinéma

Un auteur acharné qui veut briser tous les tabous de la société algérienne, tout en s’accrochant sur l’aspect identitaire du peuple, après le succès de son film « mascarades » il retente le coup avec « l’Oranais » , un film qui a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps, qui retrace dans la fiction mais très fidèlement l’histoire algérienne de 1957 a 1986, et il ne fait pas de crédit dans son récit la véritable image des algériens est mise a l’écran en passant par la démystification du concept de Moudjahed (ancien combattant de l’ALN ), sans oublier les partages de biens de l’état et les biens vacants entre charognards de l’époque post libération, tantôt dans un bars tantôt dans des maisons de rêves en les mettant a leurs réel place d’humain.
De la fiction très réaliste, chose qui a secoué les téléspectateurs lors de sa projection a Oran le vendredi 7 novembre 2014 a la salle Saada »Colisée » , certains se sont manifestés au milieu de la projection en essayant même de stopper la projection, mais en vain car la plupart des spectateurs étaient en admiration devant ce chef d’oeuvre du cinéma algérien.
A la fin de la projection les applaudissements ont submergé la salle et avec la présence du réalisateur ainsi que de l’ensemble de l’équipe du film, le débat a pu être lancé, certains ont senti une attaque contre la ville d’Oran, d’autres contre la démystification des moudjahidines, d’autres ont défendu le film car ils se sont retrouvés dans la vision du réalisateur.
Pour ma part, seul une phrase m’a marqué a tout jamais (on pouvait, vraiment on le pouvait)